Comment booster votre QI ?

P1060352

D’emblée, attaquons une idée reçue : le QI n’est pas un chiffre gravé dans le marbre, une sorte de numéro indélébile qui nous identifierait. Pour donner une image, il s’apparente à une photo, qui mesure un état à un moment précis. Naturellement, il dessine une tendance, un reflet, mais il est soumis à évolution.

En 2008, une équipe de psychologues, menée par Susanne Jaeggi, parvienne à un résultat surprenant, qu’aucune étude antérieure ne laissait pressentir. Ainsi, un entraînement spécifique permettrait d’accroître sensiblement l’intelligence fluide.

Jusqu’alors, les psychologues s’accordaient sur l’existence de deux types principaux d’intelligence : l’intelligence fluide et l’intelligence cristallisée. La première désigne la capacité à faire preuve de logique et à résoudre de nouveaux problèmes. Jusqu’à cette étude de 2008, cette intelligence était considérée comme innée, immuable. L’intelligence cristallisée, quant à elle, correspond aux compétences et à l’expérience accumulée. Elle relève donc de l’acquis.

En 2008, un changement de paradigme s’opère : il est désormais prouvé que l’intelligence fluide peut être boostée. Jaeggi et son équipe de chercheurs internationaux ont développé un logiciel conçu pour entraîner la mémoire de travail. Celle-ci correspond à notre capacité à manier mentalement quelque chose de notre réalité : calcul mental, anticiper la fin d’un film, ou la stratégie de notre adversaire aux échecs.

A quoi ressemble le protocole de l’expérience ?

70 personnes, réparties en 4 groupes, ont suivi le programme de 8 à 19 jours, à raison de 20 min d’entraînement de la mémoire de travail par jour. Par ailleurs, 4 groupes contrôles, ne suivant aucune préparation particulière, complètent le tableau. Chaque participant passe un test de QI au tout début et en toute fin de l’expérience.

Les résultats sont sans appel : l’ensemble des personnes ayant utilisé le logiciel obtiennent un score largement supérieur à l’occasion du second test.

Une analyse plus fine révèle, qu’en moyenne, l’intelligence fluide de ces participants a augmenté de 40% ! Si nous explorons encore davantage les détails de l’expérience, nous observons que la hausse de l’intelligence fluide est directement corrélée au temps passé à s’entraîner avec le logiciel. Ainsi, ceux ayant bénéficié d’un programme de 19 jours voient leur intelligence fluide augmenter 4 fois plus que ceux ayant utilisé le logiciel pendant 8 jours.

Ici, la découverte n’est pas que multiplier la participation à des tests de QI finit par augmenter… notre QI ; cela va de soi et est démontré depuis longtemps.

En effet, le logiciel n’a rien avoir avec un test de QI.

La nouveauté réside donc dans le transfert : l’homme est capable d’apprendre des connaissances dans une tâche donnée et de les mobiliser dans un tout autre contexte. C’est ainsi que peut être modifiée l’intelligence fluide.

Pour mieux comprendre ce phénomène, utilisons l’image de l’entraînement sportif. Un athlète muscle ses abdominaux et exploite ce nouveau potentiel pour améliorer ses performances lors d’un mouvement de développé-couché, d’un sprint, d’un saut en longueur, d’une extension au handball ou d’une frappe de balle au football.

Il en est de même avec le logiciel développé par Jaeggi : la mémoire de travail est optimisée, et sert dans toutes les activités mobilisant ce type de mémoire.

En somme, il existe une très nette corrélation entre la mémoire de travail et l’intelligence fluide. Ce qui impacte, naturellement, l’intelligence dans sa globalité.

Enfin, observons que le QI ne concerne pas uniquement le domaine professionnel. En effet, il affecte notamment celui de la santé : une étude de 2009 réalisée sur plus d’un million de Suédois rapporte notamment que les risques d’hospitalisation augmente de moitié tous les 15 points de QI en dessous de la moyenne.

Et, la santé, c’est beaucoup plus que l’absence de maladie.

Matthieu&Laëtitia

Reconnaitre un zèbre

Voici les divers critères qui définissent cette personnalité du zèbre:

  • L’intelligence est en arborescence: 

Vous fonctionnez avec nos deux hémisphères cérébraux et c’est là que commencent les conflits intérieurs. Votre hémisphère gauche est celui qui est rationnel, raisonnable, il a les mots, il est organisé, il a les besoins que vous avez appris à l’école et dans votre éducation. Votre hémisphère droit est créatif, intuitif, en lien avec les images, les émotions et il est sensible à des besoins bien différents. C’est comme si vous aviez dans la tête deux petits bonhommes qui ne sont pas toujours d’accord car pas sensibles aux mêmes choses.

  • L’intuition:

Elle est forte et rapide, c’est elle qui dans le coeur vous permet de trouver la paix et l’alignement avec vos vrais désirs profonds.

Lors que j’ai découvert cela, je l’ai d’abord testé car venant d’une famille cartésienne, l’intuition n’était pas très écoutée. Suite à la lecture du libre « Trop intelligent pour être heureux » j’ ai parlé du livre à une connaissance en suivant mon intuition et sa réaction a été tellement forte et suivi de fait, que j’ai appris à faire confiance à mon intuition.

Comment en faites vous l’expérience ?

  • Les émotions:

Vous pouvez trouver un article sur chacune des émotions. Ce sont des indices pour aller bien. Vous avez la particularité comme zèbres de les vivres très fortement. Vous êtes hypersensibles à tout y compris au niveau de vos sens (lumières, sons, odeurs, touchés, goûts, ressentis).

  • Le sentiment d’être différent:

C’est une perception que l’on peut avoir très jeune. Et vous avez conscience alors que vous avez à vous adapter pour être « comme tout le monde ». C’est un exercice qui prend beaucoup d’énergie et qui vous donne cette possibilité d’être caméléon. C’est aussi source de souffrances importantes car on a l’impression d’être seul ainsi. En revanche lorsque vous prenez conscience que vous faites parti d’un groupe et que vous pouvez apprendre à être vous-même vous retrouvez beaucoup d’énergie.

  • Être multi tâche:

Ce n’est pas une option, c’est une nécessité qui vous permet d’être heureux. Avec une seule activité vous avez le risque de l’ennui qui est un des poisons pour votre fonctionnement. Vous avez besoin de plusieurs projets afin de nourrir suffisamment votre cerveau !!

Qu’avez vous appris dans ce texte ?