La vulnérabilité et l’intelligence

La vulnérabilité et l’intelligence. L’intelligence et la vulnérabilité. C’est un peu comme l’histoire de l’œuf ou de la poule. Essayer de savoir qui est première de l’intelligence ou de la vulnérabilité engage dans une insondable réflexion. Classiquement, les psychologues – ceux qui se prononcent sur cette question – estiment que l’intelligence tend à fabriquer la vulnérabilité. Ici, lors de ce bref propos, prenons le contre-pied de cette vision. Comme ça, juste pour voir. Juste pour voir si la démarche est insensée, ou non.

Et si la vulnérabilité était première ?
Selon cette hypothèse, l’intelligence serait donc une conséquence. Ici, sans doute nous faut-il définir ce que nous entendons par le terme intelligence. Howard Gardner a montré, ou démontré, que l’intelligence, par essence, est multiple. Aussi, nous limiterons l’intelligence à l’une seule de ses dimensions : la capacité à produire des raisonnements de haut vol, et parfois en vase clôt, pouvant provoquer des nœuds au cerveau.
Des anthropologues ont rapporté que les peuples heureux n’ont pas d’écriture. Au-delà du fait que cela souligne qu’ils ne manifestent pas le besoin de retranscrire leur histoire, le passé de leur culture, cela suggère également qu’ils vivent davantage qu’ils ne pensent. Le raisonnement est simpliste, peut-être trop, mais dit peut-être quelque chose de la réalité.

Revenons au cœur de notre sujet : et si la vulnérabilité créait les conditions de l’intelligence ?
La vulnérabilité provoque un malaise. Ce mal-être, à son tour, déclenche un questionnement, soit le besoin – pas l’envie – de trouver des réponses, ou du moins des esquisses de réponses, ou des pistes pouvant contribuer à expliquer la situation. S’enclenche alors un cheminement comme une aventure. La tête se fait alors tête chercheuse. Il faut trouver des éléments de réponses, coûte que coûte, pour comprendre son malheur – poser des mots sur des maux -, pour pouvoir tenter d’y remédier. C’est une question de survie.

Ce cheminement amène un déploiement invitant à sortir des sentiers battus, à trouver des solutions parfois jugées originales par l’entourage. L’originalité ouvre de nouvelles portes, tisse de nouvelles connexions qui surprennent, souvent. Et si c’était ce cheminement, qui prend sa source dans une blessure mal refermée, que d’aucuns nommeraient intelligence ?

Matthieu&Laetitia

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s