Le rêve comme antidote à la crise de sens

P1060348

Un sondage récent stipule que 44% des diplômés de grandes écoles ambitionnent d’intégrer une entreprise. Dit autrement, et peut-être de manière plus significative, le chiffre signifie que 56% des lauréats y sont défavorables.

Il est probable que cette statistique révèle une crise de sens. En clair, pour quelles raisons profondes travailler pour une entreprise ?

A une autre époque, lorsqu’emploi rimait avec sécurité, les salariés pouvaient probablement mieux supporter les contraintes professionnelles, l’ennui ou la pression. Par ailleurs, la vie moderne, qui érige la liberté au rang de valeur absolue, ne prédispose pas particulièrement les jeunes à supporter les pesanteurs hiérarchiques.

Il y a sans doute un équilibre à trouver entre liberté et sécurité, entre satisfaction du plaisir et affronter la réalité, avec sa part de violence. C’est parce qu’un homme surmonte des épreuves – et, pour ce faire, il ne faut pas fuir devant ses responsabilités – qu’il réussit à se construire. Sous cet angle, le risque n’est pas tant un danger qu’une nécessité.

Cela tombe plutôt bien car, si l’on en croit une idée dans l’air du temps, 65% des métiers de demain n’existent pas encore. Il y a là un subtil dosage à trouver entre les capacités à s’adapter, à anticiper, à se réinventer, tout en restant fidèle à ses valeurs et ses besoins profonds.

Pour limiter le risque, ou plutôt pour lui donner un sens – ce qui revient peut-être au même –, encore faut-il que le jeune s’oriente dans une voie ayant une profonde valeur à ses yeux. Ce qui peut revenir à se demander : si tout était possible, à quoi aimerais-je que ma vie ressemble ? Quelle est ma destination rêvée ?

La clé est peut-être là, conservée comme un secret dans le coffre-fort de mes rêves. Les rêves, en effet, renferment un trésor : l’enthousiasme spontané, qui n’est pas autre chose qu’une passion et, à y regarder de près, peut-être pas non plus autre chose qu’une vocation.

Une fois qu’une destination a été ciblée, comme on identifie une priorité, l’enjeu est d’entrevoir différents itinéraires permettant d’y accéder. Richard Koch, auteur de l’ouvrage de développement personnel Bien vivre le principe 80/20. Moins de travail et de stress pour plus de succès et de plaisir, préconise d’emprunter la route la plus simple, celle qui nécessite le moins d’énergie. Cette deuxième étape remplie, l’heure est désormais à l’action.

Le rêve, qui symbolise peut-être ce qui anime un être humain, tout au fond, est alors un formidable carburant pour agir. D’ailleurs, dans le terme « animer », réside l’idée de mouvement. Il n’est pas interdit de penser que ceux qui ont fait de grandes choses dans ce monde ont été ceux qui ont cru plus que les autres en leurs rêves. Pour ne citer que deux exemples, pensons à Louis de Funès dont la carrière a réellement décollé à l’orée de la cinquantaine, après des années d’anonymat, de seconds rôles et de piano-bar ; ou à Belmondo, dont les premiers mentors, à la fin des années 1950, lui ont martelé qu’il n’avait ni la gueule ni le style de l’époque.

Si la rationalité, le confort et l’argent conduisaient immanquablement au bonheur, la France ne serait pas, par habitant, le premier pays mondial consommateur d’anxiolytiques. Cela signifie que posséder plus n’est pas nécessairement un gage d’épanouissement. En somme, plus n’égale pas forcément mieux.

Cette philosophie renvoie à la sobriété heureuse développée par Sénèque, et récemment actualisé par Pierre Rabhi.

Le rêve permet aussi de s’affranchir des pesanteurs sociales et de se frayer un chemin vers sa propre lumière. Le rêve a donc quelque chose d’un antidote à la crise de sens qui traverse notre modernité.

Le rêve peut donc sonner comme un prélude au réveil du sens qui sommeille en chacun. Il est un voyage immobile, et les voyages, c’est bien connu, forment la jeunesse. Et, l’âge étant aussi une question d’état d’esprit, l’on peut être jeune à tout âge.

Le rêve a donc de belles nuits et de beaux jours devant lui.

Matthieu&Laetitia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s