p1060331

L’amour, par essence, est une polyphonie, un choeur vibrant comme un hommage. Il y a la petite voix, qui parle au coeur davantage qu’à l’oreille, et puis il y a, soudain, la voix qui se fait entendre, après s’être faite attendre.

Le premier mot, ici, peut être une conquête de haute lutte, un morceau de bravoure arraché aux griffes acérées, tranchantes comme une lame, de la fatalité, ce monstre si souvent invisible.

Il y a de la folie dans cette intensité paroxystique. Faire le grand saut, et puis s’enivrer de la fraicheur des cimes. Le vertige a son ivresse. Le sommet a son extase. Avoir des mots d’amour plein le coeur, et entreprendre de les exprimer, fait écho à cet alpiniste qui dépasse les 8 000m. A cette altitude, l’oxygène est un mensonge. Nous croyons qu’il en reste, et il n’en reste plus, ou si peu. Et pourtant, on y survit…

Le vide peut faire peur, mais il peut aussi happer comme un aimant. Il porte en lui un ressort et une dynamique. Il fait naître un sentiment ambivalent qui joue avec les contrastes : élan et frein, attirance et rejet, fascination et peur. Ethos et Thanatos ne sont pas loin.

Heureuse nouvelle : le zèbre apprécie l’adrénaline, il est taillé pour le combat et les émotions fortes. Il est fait pour le grand vent et les aventures au long cours. Il est cablé pour le risque et caresser la douceur du danger. Parfois, succombant à la pression sociale, l’adaptation – qui peut permettre de survivre – enfouie dans les profondeurs cet élan vital. Savoir qu’il existe, qu’il est là, intact, posé comme un secret, est une invitation à le révéler avant de l’exploiter. La vie peut alors débuter, pour de bon, cette fois, et pour le meilleur. La deuxième vie peut commencer lorsque l’on comprend que l’on n’en a qu’une.

La solution, la clé de l’énigme, à n’en pas douter, est en vous. Vous pensiez peut-être l’avoir égarée ou jetée au loin ; elle était simplement enfouie, l’ombre de vos doutes l’enveloppait comme un linceul. Le trousseau est un bouquet de promesses, c’est la connaissance de soi, l’intuition, la force qui ouvrent en grand la porte de votre coeur profond, pour que l’audace y pénètre comme une tempête. Si vous vous connectez à votre coeur profond, en version 4G, très haut débit, alors il faut croire que vous aurez la force de passer à l’action.

Les maux peuvent alors laisser place aux mots.

Matthieu&Laëtitia

Publicités

Du premier pas au premier mot

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s