p1060314
Il est des périodes qui ne sont pas faites pour s’éterniser. Pour la majorité d’entre nous, le célibat appartient à ces temps qui doivent être une transition. L’idée, ici, est de souligner que cette période, sous certaines conditions, peut devenir un tremplin vers LA rencontre, celle qui fait basculer une vie, du bon côté.
Qui n’a pas ressenti cette impression de vide et de vertige, de laquelle naît un sentiment d’urgence ? Peu de monde, sans doute.
A rebours d’un certain nombre d’idées reçues, nous prenons le parti que la solitude a sa fécondité. En ce sens, les épreuves sont sources de construction, afin de préparer ceux qui les vivent à la grande aventure du couple.
En effet, la solitude peut conduire à une remise en question. Et s’interroger est souvent une occasion d’esquisser, si ce n’est une réponse, au moins des pistes de réflexion qui se veulent constructives. S’interroger, ce peut être aussi poser des mots sur des maux, comme une suture sur une plaie. S’interroger peut alors symboliser une étape vers une meilleure connaissance de soi, qui peut être identifiée comme un préalable à un bonheur plus grand.
Si l’on considère, avec Albert Camus, que « mal nommer les choses contribue au malheur du monde », bien les nommer, c’est-à-dire porter un regard aussi lucide que possible sur le monde qui nous entoure, est probablement un gage d’épanouissement.
De fait, être conscient de sa situation, cibler ses priorités et dessiner des perspectives peuvent faire de ce temps de préparation un temps significatif.
Dans la vie, nous avons deux moteurs potentiels : l’un est relié à la souffrance, afin de la stopper ; l’autre est relié au désir, à l’idéal, afin de le suivre et de le stimuler.
Concrètement, cela passe par le fait de savoir ce que l’on veut : quel est notre idéal ? Mille réponses sont possibles, chaque personne étant unique : est-il placé dans le couple, les enfants, le travail, les relations sociales, le sport, l’art, le développement personnel, pour ne citer que quelques exemples ?
En fonction de notre priorité, celle qui nous correspond pleinement, il est alors possible d’identifier différents moyens pour se frayer un chemin vers sa lumière.
Lorsque le temps est venu, chacun, à sa manière, ressent que le désir de la rencontre augmente et devient comme urgent, la priorité dans la vie. Cela peut se traduire par des actions et aussi par des intentions et des décisions.
Partons du principe que l’objectif n°1 soit la rencontre de l’âme soeur. L’idée de départ pourrait être de distinguer un faisceau de qualités « non négociables » que l’on recherche chez l’Autre. A un environnement, sont souvent associées une ou des caractéristiques ; ne dit-on pas “qui se ressemble s’assemble”. Cet adage renferme une caricature, bien sûr, mais la caricature dit fréquemment quelque chose du réel. Ainsi, les chrétiens se trouvent le plus souvent dans des groupes de prière, les créatifs dans une troupe de théâtre, les sportifs dans un club. Il est alors envisageable de concilier passion ou centre d’intérêt et quête amoureuse.
Cette perspective implique d’être pro-actif, de susciter les occasions de rencontre, d’oser le saut dans l’inconnu. Si cette démarche est impossible pour l’heure, l’on peut se poser la question suivante : quel risque j’encours si je rencontre quelqu’un ? Si le risque est grand, entendre par là trop grand, cela signifie probablement que le temps de préparation n’est pas encore fini. Et, respecter ce temps, c’est aussi se respecter soi-même. D’où l’idée d’avoir ciblé la priorité, la valeur absolue, pour ne pas être dépendant d’éventuelles pressions exercées par l’entourage, fussent-elles motivées par des louables intentions.
Si je veux m’investir dans une relation à deux mais que j’en suis encore incapable, ou pas assez capable, alors je peux opter pour un accompagnement psychologique avec un coach spécialisé en développement personnel ou me confier à une personne de confiance. Il est important de ne pas rester isolé, seul avec ses questions et ses freins. Alors, je choisis de mieux me connaitre, de me rendre disponible, pour régler des blessures ou gérer mes émotions. C’est aussi l’attitude intérieure d’ouverture, d’intuition et de réceptivité aux ressentis, à la Providence.
Lorsqu’un désir est fort, nous avons souvent une peur qui lui correspond. Comment la réduire, afin que le désir se réalise pleinement ?
La peur, comme toutes les émotions, est l’indicateur d’un message profond. La peur d’un objet réel permet de se protéger, la peur d’un objet non réel s’apparente à l’angoisse qui, elle, n’a pas de raison d’être.
Comment faire, alors ? La peur diminue, voire disparait, lorsque nous la partageons avec une personne de confiance. La peur baisse également lorsque nous nous entrainons, quand nous faisons de petites actions en vue de résoudre la situation problématique. Par exemple, la personne qui a peur de parler en public va s’entrainer à parler devant 2, puis 5, puis 10 personnes, afin que sa crainte diminue. Ainsi, se déploie la logique de « la théorie des petits pas ». En psychologie, on appelle cela « la technique du pied dans la porte », qui vise à passer par des phases intermédiaires afin d’être en mesure d’atteindre un objectif qui était inatteignable à l’origine.
Lorsque nous avons peur de parler aux hommes ou aux femmes, il peut être intéressant de faire des petits pas, soit des challenges « abordables » afin que ce soit plus facile. Peut être commencer par des inconnus ou des relations sans enjeu puis, au fur et à mesure, augmenter le défi : faire un compliment, dire merci, regarder dans les yeux, offrir un cadeau, écrire un SMS avant de passer un coup de téléphone…
Si l’heure a sonné, si les planètes sont alignées et que le moment est venu de faire le grand saut, la personne célibataire est probablement douée de souplesse. A l’image de l’arc qui doit se tendre afin de décocher la flèche, il y a souvent, dans la souplesse, une plasticité qui confine à l’impulsion. Les épreuves traversées ont quelque chose du feu qui purifie. La sensibilité griffée par les caprices de l’existence provoque une réaction pouvant se résumer au « plus jamais ça », soit plus jamais cette violence des sentiments qu’allument la solitude et le désarroi. Il est sans doute d’autant plus facile d’apprécier la rosée de l’aube que l’on a traversé des déserts arides.
La patience touche ses limites, le vernis de la suradaption s’effrite, les masques se lézardent, avant d’entamer leur chute. La personnalité profonde peut reprendre ses droits, c’est probablement son devoir.
La souplesse évoquée plus haut se confond avec la maturité. Le temps a fait son oeuvre, il joue pour nous. Le besoin de construire se fait nécessité. Comme l’argile dans les mains du potier, le coeur et la raison sont prêts à vivre LA rencontre. Suffisamment travaillée, l’argile est à la fois forte et flexible. A l’exemple d’une personnalité qui sait ce qu’elle veut tout en étant capable de compromis, tant que l’essentiel est respecté.
Il est alors possible de se départir des mécanismes ayant été des protections utiles pour en arriver jusqu’ici, au seuil de la rencontre, et qui se sont métamorphosés en obstacles. La méfiance systématique peut laisser place à une confiance raisonnée, où se mêlent intuition et expérience.
Au final, ce temps de préparation est enveloppé de mystère. Et dans le mystère, il peut y avoir de la lumière. Il faut l’hiver pour que germe le grain de blé. Nous avons tous le droit à notre printemps. Le printemps ressemble au premier jour du reste de notre vie. La rencontre, c’est un peu l’aube qui s’incarne.
Mais, comment reconnaitre celui ou celle que je n’ai jamais vu ?
Matthieu & Laetitia
Publicités

La rencontre amoureuse ou le premier jour du reste de ta vie ! 1- Se préparer

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s